Étude sur les médecines douces, alternatives ou complémentaires et leur encadrement

Home/Non classé/Étude sur les médecines douces, alternatives ou complémentaires et leur encadrement

Étude sur les médecines douces, alternatives ou complémentaires et leur encadrement

Au Québec, l’encadrement professionnel est assuré par des lois ou des règlements prévus entre autres dans le code des professions. L’Office des professions du Québec et la Commission des normes du travail sont parmi les organismes chargés de faire des recommandations au gouvernement pour la création d’un Ordre professionnel ou de voir à l’application  des réglementations en vigueur.

 

Cependant, à l’exception de l’acupuncture, la chiropratique et de la pratique sage-femme, la majorité des médecines alternatives et complémentaires (MAC) est non réglementée par le système professionnel québécois. Cela, bien que la majorité de ces pratiques ou approches qualifiées de non-conventionnelles par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ou de douces, naturelles, parallèles et différentes par le grand public, aspire à une reconnaissance officielle pour sortir de leur marginalité.

 

En attendant un encadrement gouvernemental, les intervenants qui offrent des services dans ce domaine, sont regroupés au sein d’associations ou regroupements professionnels pour protéger le public tout en défendant l’intérêt de leurs membres. Malheureusement il s’agit là d’une situation laissant place à de controverses.

 

C’est pour susciter le débat à ce sujet que le Groupe de recherche en approche intégrée en santé organisait au Cœur de sciences de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), au mois d’août 2016, un colloque sur le thème : Perspectives d’avenir sur l’encadrement des MAC au Québec.

Lors des échanges dans le cadre de ce colloque, différentes options ont été abordées en vue de trouver une solution juste et équitable à cette situation. C’est pour compléter en quelque sorte cette réflexion que les organisateurs de ce rassemblement ont commandé un sondage Omnibus auprès de la firme Léger Marketing.

Le sondage

Des questions sur le sujet ont été posées entre le 23 et 25 mai 2017 à un échantillon représentatif de 1014 Québécois, âgé(es) de 18 ans ou plus et pouvant s’exprimer en français ou en anglais.

Nous aspirons sincèrement que cet appel de la population à un encadrement des MAC sera  entendu par les instances gouvernementales concernées. Mieux servir et améliorer la protection du public dans ce domaine de la santé laissé sans encadrement officiel, devrait être une priorité.

Les commanditaires de ce sondage sont disponibles pour des entrevues pour en commenter les résultats.

Rapport_CREO_15692-001
By |juin 5th, 2017|Non classé|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment